Soirée “Bureau des légendes” avec Alain Mermoud

Les renseignements français, dont la série raconte les tribulations fictives, s’inquiétaient de menaces pesant sur l’équipe. «J’étais sidéré», raconte Alex Berger: «Ils nous ont briefés pour un protocole de sécurité. Il fallait tout anonymiser. Je devais changer tous les noms, mettre des pseudonymes sur tous les plans de service, ne laisser aucun nom réel… On nous expliquait que certains pouvaient vouloir s’en prendre à la DGSE, et pour l’atteindre, ils pourraient s’en prendre au Bureau des légendes…»

Bureau des légendes

Le télescopage avec le réel est vertigineux. La série devient une cible comparable à l’institution qu’elle conte. Son réalisme l’identifierait presque à son modèle. Autre invité, Alain Mermoud, collaborateur scientifique à l’Académie militaire de l’EPFZ et président de l’association Swissintell, apporte son expertise: «La série est d’un très grand réalisme, notamment parce qu’elle ne s’intéresse pas seulement aux gens de terrain, mais aussi à toute la dimension de bureau, devant des écrans, pour l’analyse de données, ainsi que l’attente dans le cas de certaines surveillances… Le côté ennuyeux du domaine, en fait.» Questionné sur d’éventuels décalages face au réel, il n’en voit pas, «hormis peut-être la durée des missions, qui semblent plus longues qu’en réalité».

Bureau des légendes - Alain Mermoud

Alex Berger relate la précision du protocole établi avec la DGSE, laquelle relit tous les scénarios à leur état final, dans le cadre d’une procédure précise: indiquer ce qui ne serait pas plausible, et signaler s’il y a un point problématique – «ce cas-là ne s’est produit qu’une seule fois, à propos du nom d’un personnage». Les coulisses complexes de ce grand feuilleton, réellement aux prises avec sa matière.

Bureau des légendes - Alain Mermoud

Source : Le Temps

Une approche suisse de l’Intelligence Economique

La Suisse est un pays dynamique beaucoup trop méconnu en France. Depuis de nombreuses années, à la suite de la parution du rapport Martre, des représentants de l’Ecole de de Guerre Economique dialoguent de manière intermittente avec des interlocuteurs suisses de tout milieu (institutions, entreprises, consultants). Ces échanges ont permis de cerner les qualités méthodologiques du monde de l’entreprise de ce pays. Si des firmes multinationales comme Nestlé sont connues pour avoir développé une culture du renseignement et du lobbying, il existe une certaine méconnaissance de la manière dont les cantons suisses et leur tissu industriel spécifique adaptent leur management de l’information aux contraintes de la compétition actuelle.  Or l’organisation des réseaux d’échange d’information et de partage d’expérience est une des qualités premières des PME suisses.

Si le secteur éducatif n’a pas créé pour l’instant beaucoup d’enseignements en intelligence économique, il existe quelques entités qui font un excellent de travail de documentation sur les pratiques mises en oeuvre par les acteurs économiques. Il existe aussi des études d’analyse comparée comme celle qui figure dans le PDF ci-dessous. Elle nous donne un aperçu très intéressant de ce type de mode d’approche culturel ainsi que de la manière d’étudier les expériences  étrangères. Hélène Madinier qui intervient sur ces questions à la Haute Ecole de Gestion de Genève a dirigé ce mémoire de Patricia Murca Morgado.

Par Christian Harbulot.

Source : Infoguerre

15ème journée franco-suisse d’Intelligence Economique et Veille stratégique – Quelle veille pour les startups ? Besançon – 14.06.2018

La quinzième journée franco-suisse « Intelligence économique et veille stratégique » aura lieu le jeudi 14 juin 2018 à Besançon, à l’UBFC.

Quelle veille pour les start-up ?

Pour aller de l’idée au marché, les entrepreneurs réalisent un parcours dans lequel la connaissance et l’évaluation de l’environnement stratégique, concurrentiel et de marché sont cruciales. Lorsqu’il identifie et construit l’opportunité entrepreneuriale, le start-upper est confronté à de multiples questions, qui portent sur les informations à rechercher, sur la façon de les interpréter mais aussi sur la structuration générale de sa démarche de collecte et d’analyse de l’information.
Ce workshop propose d’explorer ces multiples questions et d’apporter aux entrepreneurs et à leurs accompagnateurs des points de repère méthodologiques leur permettant de structurer une démarche de recherche d’informations et de veille, en l’articulant tout au long du processus entrepreneurial, avant mais aussi après la mise en marché. Il sera illustré par des exemples de projets innovants dans des secteurs d’activité variés, en BtoC et BtoB.
Deux cas proposés par les participants seront traités lors de la journée, permettant aux participants de s’approprier la démarche et de découvrir les méthodes et outils de veille adaptés aux start-up.
Source : Eventbrite