L’armée veut développer les systèmes de conduite et de communication ainsi que la cyberdéfense

Premièrement, le Conseil fédéral entend développer les systèmes de conduite et de communication. L’armée pourra ainsi être opérationnelle rapidement et remplir ses nombreuses missions. Un montant de 178 millions de francs permettra d’optimiser le Réseau de conduite suisse, auquel seront intégrés les sites de l’armée et de la Confédération pertinents pour l’engagement qui n’en font pas encore partie. S’agissant des centres de calcul, 79 millions de francs sont prévus pour le renouvellement de l’équipement. Quant aux Forces aériennes, 66 millions doivent être affectés à l’adaptation des infrastructures de conduite. Ces investissements garantissent, en cas de crise, une communication fiable, sûre, sans perturbations, et mieux protégée contre les cyberattaques.

Cette année également, le Conseil fédéral demande à acquérir du matériel militaire. Des crédits sont prévus pour l’équipement personnel des militaires, les munitions et le domaine informatique, où des mesures importantes doivent être prises pour parer aux cybermenaces. L’armée a besoin de moyens et de réseaux informatiques sûrs. C’est pourquoi la protection dans ce domaine est constamment optimisée.

Source : Bund VBS

L’Open Source Intelligence au service de la Cyber Threat Intelligence – Club Cyber AEGE

L’explosion des données et la pluralité des canaux disponibles sur internet mêlent cybersécurité et renseignements. C’est pour cette raison que la phase de renseignement est primordiale pour l’anticipation d’une attaque cyber.

La Cyber Threat Intelligence s’appuie sur une multitude d’informations pour déterminer si une menace est réelle et les mesures à prendre si elle est avérée. L’analyse est le fondement même de la CTI, elle permet d’explorer la grande quantité de données disponibles pour mettre en exergue des tendances et dresser le portrait des attaquants.

Cette discipline repose sur divers moyens de collecte, dont l’Open Source Intelligence (OSINT) qui est fondamental pour les opérations de renseignements. Il s’agit des méthodes de collecte et d’analyse des informations accessibles publiquement (réseaux sociaux, journaux, internet…)

En se basant sur ces méthodes, il est possible d’anticiper des cyberattaques et de prendre des mesures en fonction d’une situation et d’un contexte précis.

Source : AEGE – Cyber

Reportage ARTE – Une histoire de la guerre économique

Dans notre monde globalisé, les guerres commerciales sont désormais perçues comme une activité concurrentielle normale. Ce documentaire propose un petit précis de la guerre économique à travers l’histoire, entre secrets et mensonges, conquêtes de territoires et techniques ultramodernes. 

En lançant en 1889 sa flotte contre les jonques chinoises, l’Empire britannique déclare une des premières guerres motivées par les seuls intérêts économiques. Déplorant une balance commerciale largement déficitaire avec la Chine, le Royaume-Uni veut lui vendre ses stocks d’opium par la force. Face à la résistance de l’Empire des Qing, les Britanniques passent à l’offensive au nom du libre-échange, dont ils sont convaincus des vertus pacificatrices. Depuis cette histoire exemplaire des relations ambiguës entre États, de la coopération à la compétition féroce, les guerres commerciales se sont répétées, de plus en plus sophistiquées mais pas toujours moins sanglantes. L’avènement de la révolution industrielle, du libéralisme puis de la mondialisation ont multiplié les sources de conflits, entre conquêtes territoriales, espionnage, captation des savoirs par chantage ou encore désinformation

Business plans (d’attaque)
L’Allemagne suspectée de vouloir envahir commercialement la France avant la Première Guerre mondiale, les films américains d’après-guerre, chevaux de Troie et formidables vecteurs d’influence économique et politique, la puissance prédatrice de la Silicon Valley… : ce documentaire, qui recense les batailles passées ou présentes, ouvertes ou secrètes, éclaire les arcanes et les tensions économiques d’un monde globalisé, où les guerres commerciales sont désormais perçues comme une activité concurrentielle normale. Un décryptage passionnant de leurs lois et rouages, nourri d’analyses de politologues, journalistes et économistes ou encore de celle de Christian Harbulot, le directeur de… l’École de guerre économique de Paris.

Source et vidéo : ARTE