L’EGE publie un guide pratique sur la gestion de crise cyber pour les PME

Lors du Forum International sur la Cybersécurité qui s’est tenu à Lille en Janvier 2020, le Directeur Général de l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI), Guillaume Poupard a déclaré: « si toutes les TPE/PME françaises venaient à subir de vastes attaques informatiques sur une courte période de temps, cela pourrait engendrer un désastre économique ».

La Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME) estime même que 4 entreprises sur 10 de moins de 50 salariés ont été victimes d’une cyberattaque en 2019. Etant donné que les TPE, PME et ETI représentent 99,8% des entreprises française et emploient 1 Français sur 5 le risque de déstabilisation de l’économie tout entière par des opérations de cyberattaques massives est réel. Si les grandes entreprises, à l’image de St-Gobain avec l’attaque NotPetya en 2017, ont la capacité d’absorber le choc (tout de même 220 millions de perte de chiffre d’affaire), les plus petites
entreprises ne sont pas du tout armées pour surmonter de tels attaques.

Quelques chiffres clés expliquent l’engouement des cybercriminels pour les PME :

  • 65% des PME ne dispose d’aucune politique de protection des données.3
  • 10% des dépôts de plainte pour acte de cybercriminalité donnent lieu à des condamnations
  • 96% des attaquants parviennent à percer les différents rideaux défensifs des PME
  • 58% des dirigeants de PME ne mesurent pas le risque des cyberattaques

D’autant plus qu’avec les nouveaux usages qui s’installent dans les entreprises et notamment le télétravail, utilisation de multiples terminaux tels qu’ordinateurs personnels non sécurisés, téléphone portable, les risques ont explosé et les attaques aussi. Face à ce constat alarmant les PMEs française n’ont autre choix que de réagir très fortement. Il faut absolument en finir avec le discours de l’entreprise qui n’a pas de valeur pour des cybercriminels.

De trop nombreuses entreprises ont une sécurité des systèmes d’information totalement défaillante. Les investissements en solutions de cybersécurité ont certes augmenté, mais la bonne utilisation de ces outils et l’éducation des employés demeurent de trop gros points noirs.

Afin de permettre aux dirigeants de PME et aux responsables de la sécurité de ces entreprises d’avoir une meilleure connaissance des enjeux, une maîtrise des outils à leur disposition et une prise de décision et mise en œuvre de la stratégie de défense, nous proposons dans ce guide pratique une méthodologie de gestion de crise cyber qui permettra aux dirigeants de PME de prendre les premières mesures nécessaires pour protéger l’avenir de leurs sociétés et par conséquent de la sécurité économique de la France.

Source et guide complet : Ecole de Guerre Economique

« Les relations sino-suisses : Économie contre Influence » par Jocerand Duthoit

La République Populaire de Chine (RPC) et la Confédération Suisse entretiennent des relations privilégiées depuis près de 70 ans. La Suisse bénéficie d’opportunités économiques majeures en échange de son influence diplomatique et financière. Elle participe ainsi à la montée en puissance de la Chine qui l’exposerait à d’éventuelles tensions avec ses partenaires occidentaux.

Berne est un interlocuteur stratégique de Pékin en Europe selon l’analyse que nous livre Jocerand Duthoit, consultant en intelligence économique chez Geneva Intelligence, dans son article « Les relations sino-suisses : Economie contre Influence ». L’analyste y dépeint les relations entre la Chine et la Suisse comme mutuellement bénéfiques. D’un côté, la Suisse renforce la crédibilité de la Chine dans les secteurs bancaires ainsi que financiers, et constitue un relai d’influence auprès de la communauté internationale. De l’autre, la Chine représente un marché colossal pour les biens et services suisses de même qu’une source d’investissements.

Ces bonnes relations, renforcées par un accord de libre-échange en 2014, ont des répercussions sur la performance économique des deux pays. D’après le Secrétariat d’État à l’économie, les exportations suisses en Chine sont passées de CHF 5,4 milliards en 2007 à CHF 25 milliards en 2017. Parallèlement, les importations chinoises en Suisse sont passées de CHF 4,8 milliards en 2007 à CHF 13,1 milliards dix ans plus tard. Les échanges commerciaux, tout comme les investissements directs, ont massivement augmenté sur cette période, avant tout au profit de la Suisse. La contrepartie chinoise est d’une autre nature que commerciale et économique selon l’analyste.

Partant d’une volonté d’approfondir ses liens dans le secteur financier, la Chine accentue intelligemment sa présence dans les marchés helvètes pour accéder à des compétences et à des places financières internationales. Ainsi, en octobre 2015, la China Construction Banka a obtenu une licence bancaire délivrée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) pour démarrer ses activités à Zürich. L’expertise helvétique en matière financière est telle que la Bank of China a décidé d’ouvrir une filiale à Genève en juin 2018. L’addition de la licence bancaire à l’autorisation chinoise donnée à ses banques d’utiliser le Yuan pour réaliser des opérations financières, permet à la Chine de se positionner sur le marché financier suisse. 

La Suisse offre aussi un accès privilégié aux organisations internationales. La forte présence chinoise renforce sa capacité de dialogue avec la communauté internationale et, par conséquent, sa crédibilité diplomatique. En outre, la Suisse apparaît comme un « ambassadeur européen » qui promeut le projet de la Route de la Soie au sein de la communauté internationale. Selon Jocerand Duthoit, la Suisse « appuie ouvertement la stratégie géopolitique et géoéconomique de la Chine » afin de positionner son territoire comme une étape incontournable du projet en Europe. La Suisse participera d’ailleurs à la deuxième édition du Belt and Road Forum fin avril 2019. Elle devrait signer un protocole d’accord en vue d’une coopération sino-suisse en Asie centrale qui confirmerait le propos du consultant genevois.

Selon Jocerand Duthoit, chaque Etat bénéficie donc d’avantages principalement économiques pour l’un, géopolitiques et diplomatiques pour l’autre. En revanche, les relations sino-suisses ont également des échos sur la scène internationale. Ainsi, l’analyste dresse une cartographie exhaustive des opportunités autour des relations sino-suisses, mais aussi des risques encourus par la Suisse. 

Le premier est un risque de réputation pour la Suisse. La Chine, bien que représentant un partenaire économique avantageux, reste un pays autoritaire qui ne respecte pas les droits de l’Homme (torture et peine de mort y sont encore pratiquées). 

Le deuxième risque est lié à la guerre économique et commerciale entre les États-Unis et la Chine. En entretenant des relations étroites avec la RPC, la Confédération Suisse s‘expose à une potentielle altération de ses relations avec les États-Unis. De même, l’Union européenne (UE) s’avère méfiante à l’égard des investissements chinois. Bien que proche de l’UE, la Suisse et ses relations avec la Chine risquent de refroidir ses rapports avec Bruxelles. 

En somme, l’analyste dresse un tableau exhaustif des formes que prennent les relations sino-suisses, leur évolution, les opportunités et les risques y afférents. Cet état des lieux est bienvenu, notamment au regard du contexte international où les États-Unis et la Chine s’affrontent sur un terrain économique glissant et où la Suisse fait le pari de jouer la carte de son principe fondateur qu’est la neutralité pour éviter toute sorte de représailles. 

Retrouvez la totalité de l’article « Les relations sino-suisses : Economie contre Influence » de Jocerand Duthoit ici.

Source : Portail de l’IE

Guerre économique : un déni français

La France et l’Europe disposent-elles des bons outils pour peser dans la mondialisation à l’heure des guerres commerciales ? Quels sont d’ailleurs ces outils (champions nationaux, réglementations, tarifs douaniers…) et comment défendent-ils – ou non – les priorités stratégiques des Etats ?

Le commerce adoucit les mœurs. C’est ce que pensait Montesquieu et si l’on adhère à ce précepte, il en découle que la mondialisation économique à des vertus apaisantes. Une potion contre les passions tristes. De ce point de vue, l’idée-même de guerre économique relève de l’oxymore.

La réalité est tout autre en ce début de XXIème siècle : le conflit qui oppose la Chine aux États-Unis en donne davantage qu’un aperçu. Les deux pays se livrent une guerre commerciale impitoyable. Dans leur arsenal : des droits de douane, de l’espionnage industriel, et des outils juridiques, qui permettent en particulier aux Américains d’imposer leurs règles en dehors de leurs frontières.

Source : France Culture