CSS Report – Strategic Trends 2021

As 2021 unfolds, major trends in world politics are leading to rapid changes in the international order. These trends have been under way for some time now, but the coronavirus pandemic has accelerated them. Great-power competition is resurgent, and dangerous crises threaten to erupt in regions around the world, perhaps simultaneously. As the preparation of this volume was entering its final stages, US President Joe Biden’s administration faced both a Chinese pressure campaign against Taiwan and a Russian buildup of forces along Ukraine’s eastern border. Such developments reflect new power configurations and their effects on regional security, which are the theme of this volume.


Several trends are leading to the emerging power configurations. One of the main trends, with direct implications for all of the others, is growing uncertainty about US leadership in the world. Former US President Donald Trump’s “America First” approach was a source of concern for US allies around the world, many of which were likely relieved to see Biden’s election as president. Many US allies welcome Biden’s diplomatic outreach to allies and his support for multilateralism. However, acute US domestic concerns, including pandemic recovery and political polarization, could constrain US ability to exert international leadership. Moreover, some observers question whether Biden’s vision of international leadership is realistic. In particular, they doubt whether the United States has the capacity to engage in great-power competition with both China and Russia simultaneously, especially in conjunction with harsh criticism of these countries’ domestic governance and human rights records.

Source & Report : CSS

Cyberattaques et désinformation au menu du nouveau rapport sur la politique de sécurité de la Suisse

La situation en matière de politique de sécurité est devenue plus instable, dans le monde mais aussi en Europe. La Suisse entend donc adapter encore davantage sa politique de sécurité au contexte changeant et aux nouvelles menaces. Fondé sur une analyse approfondie de la situation, le nouveau rapport définit les intérêts et les objectifs de la politique de sécurité suisse pour les prochaines années. Lors de sa séance du 28 avril 2021, le Conseil fédéral a lancé la procédure de consultation portant sur ledit rapport.

La situation en matière de politique de sécurité est devenue plus instable, confuse et imprévisible. Les tensions et les rivalités de nature politique ont augmenté, tout comme le risque de conflit à la périphérie de l’Europe. Dans ce contexte, le recours à des moyens dits hybrides, comme les cyberattaques et les campagnes de désinformation, est de plus en plus fréquent. Mais les moyens militaires conventionnels sont aussi de nouveau utilisés dans une plus large mesure pour la poursuite d’intérêts propres. En parallèle, les menaces comme le terrorisme islamiste n’ont pas disparu. Les changements climatiques entraînent par ailleurs des catastrophes naturelles toujours plus fréquentes et destructrices. Pour couronner le tout, une pandémie a éclaté, déclenchant une crise mondiale. La périphérie de l’Europe aussi est devenue plus instable ces dernières années, ce qui affaiblit l’effet protecteur de l’environnement géopolitique de la Suisse.

Il s’agit là de la substance du dernier rapport sur la politique de sécurité, qui montre comment la Suisse doit s’adapter au nouvel environnement. En l’occurrence, on assiste à l’apparition de nouvelles menaces, pour autant sans que les menaces existantes aient disparu. Dans cet environnement qui se caractérise de plus en plus par la gestion de conflits « hybrides », des moyens tels que les avions de combat modernes restent indispensables pour la protection et la sécurité du pays et de sa population. Le rapport évalue en outre les tendances mondiales en matière de politique de sécurité et identifie les menaces et les dangers concrets pour la Suisse, et montre comment la Suisse compte y faire face.

Source et rapport : admin.ch

L’accès aux images satellite devrait être amélioré

La Suisse devrait améliorer son accès aux images satellites. Le Conseil des Etats a donné mardi à l’unanimité son feu vert à un accord-cadre prévoyant une coopération bilatérale avec la France. Un crédit d’engagement de 82 millions de francs est nécessaire.

Leader européen en satellite d’observation de la terre, la France est en train de développer un nouveau système de satellites d’observation militaire, dénommé Composante spatiale optique (CSO). Elle a proposé son utilisation commune à divers Etats, dont la Suisse. Berne a lancé en septembre 2019 des négociations avec Paris, qui ont abouti au projet sur la table.

Avec cet accord, la Suisse se voit attribuer un droit de participation à la programmation des satellites. Ses commandes d’images et de données peuvent avoir une influence sur le programme, notamment sur les prises de vue des satellites CSO.

Berne bénéficie aussi d’un accès à 2% des images prises quotidiennement ainsi qu’aux archives d’images du système, gérées par la France. En outre, un groupe de travail franco-suisse examinera quelles sont les options pour approfondir la collaboration sur les plans scientifiques et technologiques.

Source et article complet : Parlament.ch