EVENT 02.12.2021 at EPFL – Cybersecurity Technologies: An overview of trends in Switzerland and abroad

INSCRIPTIONS SUR INFOMANIAK

Suite au succès de notre événement sur la veille technologique et scientifique d’octobre 2020, vous êtes cordialement invité-e-s à la présentation en avant-première des résultats de nos recherches sur le thème:

*** Cybersecurity Technologies: An overview of trends in Switzerland and abroad ***

Cet événement a lieu au Cyber-Defence Campus, EPFL Innovation Park, Bâtiment I (carte ci-dessous)

*** Programme de la soirée ***

18h00 Ouverture des portes

18h10 Nouvelles de l’association par Alain Mermoud

18h15 Présentation des résultats (promotion, veille Inoreader, formations) du stage d’Amina Bouslami

18h30 Présentation des livrables de veille “Technology Market Monitoring” par Michael Tsesmelis

19h00 Discussion sur les méthodes de veille technologique et scientifique utilisées

19h30 Apéritif dînatoire et networking

INSCRIPTIONS SUR INFOMANIAK

! Cet événement est exclusivement réservé aux membres de Swissintell, aux employés de la Confédération et de l’Innovation Park ! – Certificat COVID obligatoire !

En Suisse, la cyberdéfense s’appuie aussi sur le soutien et l’implication des start-up

RUAG lance un nouvel appel à candidatures pour son programme d’accélération visant entre autres à renforcer la cybersécurité de la Suisse. De son côté, l’armée a désigné le vainqueur de son Cyber Startup Challenge 2021: la start-up zurichoise Decentriq. Cette dernière va pouvoir tester sa solution dans l’environnement réel du DDPS.

Decentriq remporte le Cyber Startup Challenge 2021

La collaboration avec les jeunes entreprises innovantes est aussi un axe sur lequel mise le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS). Ce dernier a récemment organisé le Cyber Startup Challenge 2021, remporté par les Zurichois de Decentriq. La start-up avait participé ce printemps au Digital Meet-up pour présenter sa plateforme aux CIO du Digital Circle. Spécialisé dans l’informatique confidentielle, Decentriq propose une plateforme cloud qui permet aux entreprises de combiner, analyser et partager des informations sensibles tout en maintenant leur confidentialité. Avec cette victoire, la start-up gagne également un mandat pour tester sa solution dans un environnement réel du DDPS dans le cadre d’une preuve de concept.

A noter que Decentriq n’a pas seulement taper dans l’œil de l’armée suisse. La jeune pousse zurichoise avait notamment fait partie des plus de vingt start-up retenues pour l’an passé pour la deuxième édition de l’accélérateur Tech4Trust. La troisième édition est d’ailleurs lancée aujourd’hui lundi 4 octobre 2021. Trente jeunes pousses ont été sélectionnées. Dont Logmind, lauréat du Digital Award de la meilleure start-up en 2020.

Source : ICT Journal

Les partisans d’un cloud suisse contre-attaquent et ciblent le Conseil fédéral

Les sociétés ELCA, Infomaniak ou encore Proton lancent un appel pour la création d’un consortium helvétique pour des services cloud. La décision de la Confédération de choisir des prestataires américains et chinois est vivement critiquée […]

Sont associés à ce mouvement les responsables des sociétés ELCA, Infomaniak, Proton et de la start-up OneVisage, ainsi que le préposé valaisan à la protection des données Sébastien Fanti, Alexis Roussel, directeur de Nym Technologies ou encore Jean-Henry Morin, professeur de systèmes d’information à l’Université de Genève. Des acteurs alémaniques seront ensuite recherchés. «Nous demandons au Conseil fédéral qu’il crée un consortium pour un cloud suisse, dirigé par des entreprises suisses, des instituts de recherche suisses, ou encore des entreprises multinationales investissant dans des centres de recherche en Suisse. C’est dans ce cloud suisse que seraient stockées les données sensibles des citoyens helvétiques», poursuit Fathi Derder. Il serait aussi possible que des organisations internationales de défense des droits humains, basées à Genève, utilisent de tels services en ligne.

ELCA, active dans l’informatique, adhère totalement à cette idée. «Je suis inquiet que la Confédération accepte de donner les clés de nos données à des acteurs étrangers, dont on connaît le peu d’intérêt pour la protection de la sphère privée», affirme Christophe Gerber, responsable cybersécurité chez ELCA. Selon lui, le Conseil fédéral doit avoir de l’ambition: «Aucune entreprise suisse ne peut, seule, créer un cloud souverain. Mais le Conseil fédéral serait bien inspiré de déléguer une mission et des tâches sensibles à un consortium d’entreprises suisses. Nous avons, ici, toutes les compétences nécessaires pour traiter des données sensibles de citoyens suisses.»

Les signataires de cet appel ne demandent donc pas l’annulation de l’appel d’offres précité, mais la création d’un consortium helvétique, pour gérer certaines informations. Dans un second temps, une initiative populaire pourrait être lancée. Le site web Swissdatasovereignty.ch est la base de cet appel en faveur d’un cloud suisse […]

Source et article complet : Le Temps