GENEVA EVENT 28.06.21 – Le SRC : première ligne de défense de la Suisse @GCSP EVENEMENT REPORTE EN 2021 !

Swissintell Event GCSP SRC

INSCRIPTIONS SUR WEEZEVENT

Become a member now and discover all membership benefits
such as free access to all our events in Zurich and Geneva !

Le Service de Renseignement de la Confédération (SRC) : première ligne de défense de la Suisse. Conférence d’exception limitée à 80 participants, sur inscription uniquement. Avec la participation de:

Programme :

  • 18h00 – Accueil des participants
  • 18h30 – Conférences et table ronde
  • 20h00 – Cocktail et réseautage

Plan d’accès à la conférence: GCSP, Chemin Eugène-Rigot 2D, 1211 Genève

INSCRIPTIONS SUR WEEZEVENT

Intelligence économique : analyse stratégique des acteurs prestataires d’intelligence économique en Suisse romande

Mémoire de Master de Béatrice Bourgeois sous la direction de la professeure Hélène Madinier à la Haute Ecole de Gestion de Genève.

TM_Bourgeois_IE_MasterIS

Résumé

Si les prestataires romands de services en intelligence économique font aujourd’hui l’objet d’une étude, c’est qu’ils le méritent. Savant mélange d’expertise, de technologie, de sécurité labellisée «Swiss Made», de formations et de partenariats stratégiques, les acteurs romands certifiés «intelligence économique» veulent sortir de l’ombre et gagner en visibilité mais aussi en reconnaissance. Car, l’intelligence économique est une discipline souvent peu connue du grand public et des dirigeants d’entreprises et véhicule parfois de fausses images. Dans sa volonté de travailler à l’amélioration de l’image des acteurs prestataires en intelligence économique, la société SoCoA, entreprise vaudoise de conseil, audit, formation, cybersécurité et gestion de crise nous a mandaté pour mener une analyse stratégique de la profession.

Le but de cette présente analyse est de circonscrire le paysage romand des acteurs prestataires en intelligence économique, de faire prendre conscience de l’importance de la professionnalisation de la discipline et donc de la nécessité de s’y former mais aussi de connaître les besoins de la profession particulièrement en matière de code éthique. Pour ce faire, nous avons tout d’abord réalisé une revue de littérature qui a permis dans un premier temps de dresser le ou les profils professionnels des prestataires de services en intelligence économique que sont surtout les analystes, les conseillers, les avocats et juristes et les détectives.

Après nous être penchés, dans le cadre de l’étude préliminaire de 5 acteurs, sur ce qui constitue leurs principales activités sources de revenus, nous avons orienté notre analyse sur les canaux de communication et de positionnement aux fins de leur développement.

L’enquête en ligne a permis de procéder à un inventaire quantitatif de la profession; il s’avère que seule une vingtaine d’acteurs romands proposeraient véritablement des prestations en intelligence économique dans toute sa globalité. En fait, 53% des acteurs prestataires d’intelligence économique n’hésitent pas à externaliser certaines de leurs activités en lien avec l’intelligence économique. Certes, les raisons peuvent être pécuniaires mais il semble que l’absence de formation et de professionnalisation de la discipline n’est pas à négliger. D’ailleurs, les entretiens semi-directifs menés avec des experts travaillant dans la discipline ont permis de conforter nombre de réponses données dans le cadre de l’enquête en ligne. De même, le manque voire l’absence de référencement de la discipline dans les bases de données professionnelles semble aussi à l’origine du manque de visibilité de la profession.

Les recommandations émises à la fin de notre étude et issues de la synthèse de ces étapes, devraient permettre à la profession de prendre un réel essor et ainsi de gagner en visibilité.

Source : RERO DOC

Mettre un moteur dans vos recherches prospectives ? – La Prospective

Ce billet présente un « outil collatéral » fort utile mis en place suite à l’analyse des différentes sources de documents de prospective réalisée ensemble avec Dr. Rebeca Valledor et M. David Borel de la coopérative Centredoc, dans le cadre du projet FOCUS.

Dans toute recherche d’information, une étape cruciale est de choisir les bonnes sources. La variété (et quantité) est énorme : sites web, articles des journaux – scientifiques ou pas – , blogs, projets de recherche, thèses, réseaux sociaux, brevets, etc. Le choix dépend énormément de la question à laquelle on veut répondre et/ou la situation dans laquelle on se trouve.

Lors d’une démarche prospective, il peut s’avérer utile de consulter des informations provenant des sources spécialisées. Des nombreux gouvernements disposent d’équipes focalisées sur la prospective, des associations et « think tanks » à un niveaux étatiques et international réfléchissent sur les futurs possibles, tout comme des organisations internationales analysent les conséquences futures des technologies, etc. Un grand nombre de résultats d’études prospectives, de rapports d’analyse ou de recommandations au niveau politique se trouvent ouvertement sur le web. Ces sources constituent un excellent point de départ.

Une analyse approfondie nous a permis d’identifier plus de 60 sources proposant de l’information dans le domaine de la prospective. Mais une fois les sources identifiées, la question qui se pose est : comment trouver la bonne information parmi toutes celles-ci ?

Source et article complet : La Prospective

L’Open Source Intelligence au service de la Cyber Threat Intelligence – Club Cyber AEGE

L’explosion des données et la pluralité des canaux disponibles sur internet mêlent cybersécurité et renseignements. C’est pour cette raison que la phase de renseignement est primordiale pour l’anticipation d’une attaque cyber.

La Cyber Threat Intelligence s’appuie sur une multitude d’informations pour déterminer si une menace est réelle et les mesures à prendre si elle est avérée. L’analyse est le fondement même de la CTI, elle permet d’explorer la grande quantité de données disponibles pour mettre en exergue des tendances et dresser le portrait des attaquants.

Cette discipline repose sur divers moyens de collecte, dont l’Open Source Intelligence (OSINT) qui est fondamental pour les opérations de renseignements. Il s’agit des méthodes de collecte et d’analyse des informations accessibles publiquement (réseaux sociaux, journaux, internet…)

En se basant sur ces méthodes, il est possible d’anticiper des cyberattaques et de prendre des mesures en fonction d’une situation et d’un contexte précis.

Source : AEGE – Cyber