L’armée veut développer les systèmes de conduite et de communication ainsi que la cyberdéfense

Premièrement, le Conseil fédéral entend développer les systèmes de conduite et de communication. L’armée pourra ainsi être opérationnelle rapidement et remplir ses nombreuses missions. Un montant de 178 millions de francs permettra d’optimiser le Réseau de conduite suisse, auquel seront intégrés les sites de l’armée et de la Confédération pertinents pour l’engagement qui n’en font pas encore partie. S’agissant des centres de calcul, 79 millions de francs sont prévus pour le renouvellement de l’équipement. Quant aux Forces aériennes, 66 millions doivent être affectés à l’adaptation des infrastructures de conduite. Ces investissements garantissent, en cas de crise, une communication fiable, sûre, sans perturbations, et mieux protégée contre les cyberattaques.

Cette année également, le Conseil fédéral demande à acquérir du matériel militaire. Des crédits sont prévus pour l’équipement personnel des militaires, les munitions et le domaine informatique, où des mesures importantes doivent être prises pour parer aux cybermenaces. L’armée a besoin de moyens et de réseaux informatiques sûrs. C’est pourquoi la protection dans ce domaine est constamment optimisée.

Source : Bund VBS

Une start-up valaisanne veut révolutionner les enquêtes criminelles

La société OrphAnalytics propose une technologie innovante dans la stylométrie, qui relève l’empreinte statistique laissée par chacun dans sa manière d’écrire. Utilisée pour la première fois dans une enquête criminelle, l’affaire Grégory en France, cette méthode fait polémique. L’Ecole des sciences criminelles de Lausanne a lancé une recherche sur sa fiabilité, a appris la RTS

La stylométrie, en elle-même, n’est pas nouvelle. Il y a longtemps que des linguistes disséquent le style, la syntaxe d’un texte pour l’attribuer à tel ou tel auteur. Le recours à la stylométrie dans le domaine judiciaire est par contre balbutiant, avec de rares exemples aux Etats-Unis. En Europe, la petite société valaisanne OrphAnalytics fait figure de pionnière.

Elle a développé de puissants algorithmes capables de disséquer l’ADN laissé par chacun dans un texte, même sur de très courts passages. Et pour la première fois, la start-up opère au niveau de la justice pénale. Le patron Claude-Alain Roten refuse de le confirmer, mais il est établi que c’est bien lui “l’expert suisse” que la justice française est allée chercher pour tenter de savoir qui se cache derrière le corbeau de l’affaire Grégory.

Source : RTS Info

Neutralität im Cyberraum: Die Schweiz ist gefordert

Viele Staaten rüsten seit einigen Jahren ihre militärischen IT-Kapazitäten massiv auf. Nun setzt auch die Schweiz zunehmend einen Akzent auf Cybersicherheit, indem sie ein Cyberkommando schaffen will. Was bedeutet dies für die Neutralität?

Die Bedeutung von Cyberangriffen nimmt rasant zu: Das prominente Schadprogramm WannaCry beispielsweise hat seit seiner Entdeckung im Mai 2017 innert kurzer Zeit weltweit mehr als 200 000 Computer infiziert und international für Schlagzeilen gesorgt. Betroffen waren Rechner des russischen Innenministeriums und zahlreicher Spitäler in Grossbritannien, der Autohersteller Renault-Nissan oder auch die Deutsche Bahn. Das Programm nutzte eine Sicherheitslücke im weltweit breit genutzten Windows-Betriebssystem aus und führte zu Schäden in Milliardenhöhe. Auch die Schweizer Bundesverwaltung hat regelmässig mit digitalen Angriffen zu kämpfen: Im September 2017 etwa wurden laut einer Medienmitteilung Cyberangriffe auf das Verteidigungsdepartement (VBS) entdeckt, und im Januar 2016 haben ebensolche beim Rüstungskonzern Ruag zur Entwendung von Daten im Umfang von mehr als 20 Gigabyte geführt. Die technische Rückverfolgung der jeweiligen Urheber hält Informatiker bis heute auf Trab.

Source : NZZ