L’entreprise Polixis robotise le contrôle des clients des banques grâce au Big Data

Baptisé Ardis – pour «Applied Risk & Data Intelligence Solution» – cet outil offre une analyse complète du profil économique et politique d’un client et de ses société. Un outil qui va, selon ses concepteurs, bien au-delà de l’exploration des bases de données classiques comme WorldCheck, Factiva ou LexisNexis. Les établissements bancaires dépensent des millions par an – l’équivalent de dizaines de salaires – pour avoir accès en continu à ces bases agrégeant articles de presses, listes officielles du SECO, du Patriot Act américain, de l’ONU ou de l’Union européenne.

La société emploie seize personnes – une équipe d’informaticiens emmenée un docteur en mathématiques russe, mais aussi des juristes édictant les nouvelles règles appliquées par les machines. Polixis dit avoir obtenu au cours des trois dernières années l’accès à des bases de données de pays émergents, publiques mais difficilement exploitables. Ses robots seront ainsi chargés de faire parler les 60 millions de décisions de justice brésilienne ou russes – le plus souvent anonymisées ou numérotées – auxquelles la société a négocié l’accès.

Source : 24 Heures

l’Art de la Guerre Digitale, survivre et dominer à l’ère numérique par C. Faillet

Ubérisation, bad-buzz… Engagées dans une guerre digitale dont elles ne maîtirisent ni les armes, ni les techniques de défense, les organisations sont contraintes d’adapter leur arsenal de riposte. À la manière de L’Art de la guerre de Sun Tzu, Caroline Faillet les exhorte à renoncer à l’attaque frontale et propose des stratégies de disruption et d’influence pour renforcer leurs positions et gagner en performance.

Postfinance va faire de l’argent avec les données de ses clients

http://www.rts.ch/info/suisse/6189266-postfinance-va-faire-de-l-argent-avec-les-donnees-de-ses-clients.html
Depuis cet été, Postfinance peut se servir de données bancaires des utilisateurs de son e-banking pour renseigner des entreprises tierces. Les clients qui refusent ces conditions ne pourront plus utiliser e-Finance.
Postfinance a récemment changé ses conditions d’utilisation. Cela lui permet de traiter et d’analyser les données bancaires des clients d’e-Finance et de leur proposer ensuite des publicités et offres ciblées, par l’entremise d’entreprises tierces.

“Toutes les données restent chez PostFinance”, précise le porte-parole de la banque Johannes Möri à la RTS. “Il est impossible pour les entreprises tierces d’identifier les personnes concernées”.

“Des publicités personnalisées”
Concrètement, le but est de connaître les habitudes de consommation des clients et de proposer des publicités personnalisées d’autres entreprises sur la plateforme de La Poste. Chaque client aura un profil qui affichera des propositions d’achats au fil de ses dépenses bancaires.

Jusqu’à maintenant, les clients d’e-Finance avaient le droit de refuser ces conditions. Mais dès le 12 octobre, a appris le Tages-Anzeiger, ceux qui ne les acceptent pas ne pourront plus utiliser l’e-banking.