Rapport semestriel MELANI 2017 – 1 : WannayCry et NotPetya

Le 25e rapport semestriel de la Centrale d’enregistrement et d’analyse pour la sûreté de l’information (MELANI), publié le 2 novembre, porte sur les principaux cyberincidents observés au cours du premier semestre 2017 sur le plan national et international. Les rançongiciels WannaCry et NotPetya, qui ont fait les gros titres dans le monde entier au printemps 2017, sont le thème prioritaire du Rapport.

MELANI rapport semestriel 2017/1 (PDF, 1 MB, 31.10.2017)

 

Un autre problème est le fait que les appareils mobiles, les comptes e-mail et autres outils informatiques dont leurs collaborateurs se servent à titre privé échappent à la sphère d’influence des administrations et des entreprises. Les attaques visant les réseaux privés ont donc potentiellement de meilleures chances de succès, et on ne saurait exclure la possibilité d’infecter à partir de là les réseaux gouvernementaux.En plus du rapport semestriel 2017/1, MELANI a ainsi publié une liste de mesures de sécurité au format d’infocard, à l’intention des parlementaires fédéraux.

Source : MELANI

Cyber Crime Costs $11.7 Million Per Business Annually

Costly cyber attacks are having a significant and growing financial impact on businesses worldwide. According to new research published today by Accenture (NYSE: ACN) and the Ponemon Institute, in 2017 the average cost of cyber crime globally climbed to $11.7 million per organization, a 23 percent increase from $9.5 million reported in 2016, and represents a staggering 62 percent increase in the last five years. In comparison, companies in the United States incurred the highest total average cost per crime at $21.22 million while Germany experienced the most significant increase in total cyber crime costs from $8.44 million to $11.15 million. This surge follows a recent string of infamous malware attacks including WannaCry and Petya, which cost several global firms hundreds of millions of dollars in lost revenues.

Source : Security Magazine

Du nucléaire à l’aéronautique, aucun secteur ne résiste aux cyberattaques

Le dernier logiciel d’extorsion en date a paralysé une centrale nucléaire, un port en Inde, le fabricant du Toblerone ou encore au moins sept entreprises en Suisse. L’omniprésence de Windows facilite ces attaques au niveau mondial.

WannaCry vs Petya

Source : Le Temps