Bitcoin : révolution ou bulle spéculative?

Le cours du bitcoin atteint 7500 dollars. Objet de débats surchauffés, c’est surtout le fruit d’une innovation qui s’impose. Même les banques centrales, à l’image de la Suède, cherchent à émettre leurs propres cryptomonnaies. Finalement, la primauté de l’économie se confirme.

«L’impact des cryptomonnaies dépasse celui des monnaies», lance d’un ton de missionnaire Johann Gevers, le fondateur de Monetas et de l’Association Crypto Valley, à Zoug. Pour cet entrepreneur, «c’est une technologie qui a un atout considérable. Elle assure l’intégrité des transactions. Fini la corruption», lance-t-il. Cette sécurité de la technologie n’empêche pas le milieu des cryptomonnaies, et Johann Gevers lui-même, en tant que président de la fondation Tezos, de faire face à des opérations controversées.

Source : Le Temps

L’engouement pour ces nouveaux actifs a souvent été comparé à la bulle Internet du début des années 2000. Les détracteurs du bitcoin, et des crypto-actifs dans leur ensemble, affirment que ces derniers sont juste une énorme bulle sur le point d’exploser. Le bitcoin est-il surévalué, c’est très possible. Est-ce une bulle et est-elle sur le point d’exploser? C’est une éventualité probable. Cependant, ces détracteurs semblent oublier que les géants actuels d’Internet ont également vu le jour pendant la bulle Internet.

Source : Le Temps

Tezos, la blockchain décomplexée qui veut remplacer Ethereum

Après Bitcoin et Ethereum, une nouvelle blockchain veut se faire une place : Tezos. Imaginée par un le Français Arthur Breitman, accompagné de sa femme américaine Kathleen, cette nouvelle plateforme toujours en développement fait du bruit dans le petit monde de la blockchain. Elle veut ni plus ni moins remplacer une des références du milieu : Ethereum. Comme cette dernière, Tezos compte faire tourner des smart contracts, des programmes autonomes qui exécutent automatiquement des actions validées au préalable par les parties prenantes. Son petit plus ?  Tezos sera capable de vérifier formellement la validité du code, le point faible d’Ethereum.

Source : Numerama