La base de données préférée des banques est sous le feu des critiques

World-Check, compilée par Thomson Reuters, serait truffée d’erreurs, selon des enquêtes de plusieurs médias. En Suisse, les banquiers l’utilisent de façon systématique, tout en connaissant ses faiblesses.

Personne ne sait combien de noms sont listés, mais il est probable qu’il y en ait des «millions». Y figurent des PEP, des personnes touchées par des sanctions, accusées ou soupçonnées de terrorisme, blanchiment ou criminalité en tout genre. Aurélie Ayzac rappelle que «l’objectif premier d’une telle base de données est d’éviter que la banque puisse être utilisée par des personnes soupçonnées de terrorisme, de crime organisé, de blanchiment d’argent, de corruption, etc. Par ailleurs, les recherches effectuées dans World-Check permettent de démontrer que la banque remplit de manière adéquate ses obligations de diligence.»

Source : Le Temps

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.