L’ADN, une nouvelle arme pour les pirates informatiques?

Depuis quelques années, la molécule d’ADN apparaît comme un recours à plus ou moins long terme pour archiver nos données informatiques à bas prix et pour des milliers d’années. Ce mode de stockage consiste à coder les informations non plus sous forme de 0 et de 1, mais en utilisant les quatre lettres de base — quatre molécules — de l’alphabet génétique et en fabriquant des brins d’ADN synthétique représentant ces données.

Cette technique en devenir peut-elle susciter un nouveau type de piratage? C’est la question que pose un groupe de scientifiques de l’Université de Washington dans des travaux présentés il y a quelques jours lors d’un colloque sur la sécurité informatique. Ils ont montré qu’un code informatique malicieux – un virus – stocké sous forme de molécules d’ADN synthétique, peut compromettre la sécurité des ordinateurs utilisés pour décoder les gènes, notamment en recherche médicale.

Source : Le Temps

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.