Les espions chinois font du repérage sur les réseaux sociaux

L’internet sert aussi à recruter des taupes. Les espions «recoupent différentes informations sur les réseaux sociaux, en particulier LinkedIn, pour déceler les profils susceptibles de révéler des informations stratégiques sur les entreprises ou milieux académiques où ils travaillent», dit Alain Mermoud, président de Swissintell, une association suisse de professionnels de l’intelligence économique.

Leur cible préférée? «Le cadre frustré qui vit en désaccord, voire en conflit, avec son employeur.» Les Etats-Unis, l’Allemagne et la Grande-Bretagne ont tous identifié des tentatives de recrutement sur LinkedIn menées par des agents chinois. De même que la Suisse: dans son rapport 2018, le Service du renseignement de la Confédération (SRC) constate «une activité accrue des groupes de hackers chinois à l’encontre d’intérêts suisses». Sont visées les entreprises exportatrices et les organisations internationales siégeant en Suisse.

Source : Le Temps

Faut-il interdire le ciblage politique sur les réseaux sociaux ? – Podcast

Aux Etats-Unis, plus de 250 millions de dollars ont été dépensés en publicités politiques sur Facebook ces 6 derniers mois, selon un rapport du réseau social. Débat entre Arnaud Dufour, enseignant à la HEIG-VD et Nicolas Tripet, expert en communication digitale et conseiller communal PLR à Lausanne.

Source : FORUM RTS

Réseaux sociaux, Social Engineering & Darknet : quels sont les risques pour les entreprises et comment les gérer ? – Event Archive

La 1ère conférence de cette année a réuni une quarantaine de professionnels autour de la question du Social Engineering et de la communication sur les réseaux sociaux. C’est avec attention que les participants ont écouté les interventions de Stéphane Koch, Vice-Président d’High-Tech Bridge, d’Alberto De Pascali, Senior Information Security Professional chez Swisscom et de Me Sébastien Fanti, préposé cantonal à la protection des données en Valais.

Notre vice-président Alain Mermoud a tout d’abord ouvert la soirée en nous donnant des nouvelles de l’association. Elles ont été suivies d’une présentation de notre nouveau partenaire, le Geneva Center for Security and Policy Studies (GCSP) par le colonel William Gargiullo.

La première partie, tenue Stéphane Koch  a majoritairement traité des méthodes et outils de social engineering. A ce titre Stéphane a présenté des outils tels que Kali Linux, outil de test de pénétration et d’intrusion, permettant de mettre à jour les vulnérabilités et failles d’un système. Il a notamment insisté sur les mesures que les entreprises devraient prendre pour se protéger au mieux de manière simple : photocopieurs modernes avec effacement des données, destructeur de documents. Il a rappelé que si on peut avoir confiance n son entourage, cela ne s’étend pas nécessairement à l’utilisation de son informatique.

Alberto de Pascali a pris le relai, présentant la surveillance du darknet par Swisscom. Il a expliqué la valeur de qu’il y a à scanner le Dark Net. Cela permettrait en effet, d’éviter les fraudes de ses clients et les coûts que cela engendre (notamment les fraudes à la carte de crédit). Swisscom accompagne ses clients de manière proactive : veille des équipements, données, systèmes des entreprises ; device management ; security management ; Analytics ; SOC ; CSIRT.

EventSE3

Me Sébastien Fanti a continué le débat sous l’angle du droit des employés à communiquer sur les réseaux sociaux. Selon lui, tout le monde devrait être présent sur les réseaux sociaux, ne serait-ce que pour protéger son identité. Cependant, il existe des risques liés à cette présence : bad buzz, mauvaise gestion des informations…

Il n’est, en principe pas légal de googler des individus. L’article 8 sur la vie privée de la loi de protection des données permet aux individus de réclamer leurs données personnelles. Si une entreprise refuse, elle risque des poursuites. Les entreprises doivent communiquer toutes les données et les informations sur l’origine de ces données. Les entreprises doivent veiller au respect des données des employés sous peine de sanction.

Les employés ne seront jamais considérés comme responsable des bad buzz ou de la mauvaise gestion de l’information. Il est stratégique de ne pas laisser la gestion de la communication sur les réseaux sociaux de l’entreprise à un employé.